Cela fait des mois que j’ai envie de faire des bilans mensuels, pour m’aider à faire le point, analyser ce qui à fonctionner ou non. Je vois Julia et Julie d’Idontthink le faire, mais je repousse à chaque fois. Je commence, mais je ne finis pas. Car perfectionniste, je veux que ça soit parfait, mais la perfection n’existe pas. J’améliorerais au fur et à mesure. Mais si je ne fais pas, je ne pourrais pas améliorer. Donc, voici la 1e version de mon bilan. En plus, je vais faire un bilan de ces 2 années, car le 1e juillet, mon entreprise a fêté officiellement ces 2 ans, mais je travaille dessus depuis 3 ans.

Petite rétrospective de ces 3 années.

2018

2e semestre 2018

J’arrive dans un flou total niveau professionnel, la fin de mon dernier CDI dans une imprimerie remonte à 2 ans, j’ai eu mon fils entre temps et j’ai tenté de faire une formation dans un tout autre domaine, domaine qui m’intéressait beaucoup, la petite enfance. Malheureusement, j’ai décidé d’arrêter. Je ne vais pas rentrer dans les détails. Donc, j’arrive Mai / Juin 2018, et je ne sais pas quoi faire. Je fais donc une sorte de bilan de compétence avec un prestataire de Pôle Emploi, et là, le conseiller me parle de faire mon ancien job, mais en indépendance. J’ai eu un flash, je ne lui ai pas parlé que depuis quelques années déjà j’ai cette envie qui brûle en moi de créer mon entreprise. J’avais pensé au début à faire des ateliers de portage, consultation allaitement, etc. je ne me sentais pas capable de retourner dans le monde de l’imprimerie et du graphisme, suite à ma mauvaise expérience.

Suite à ce bilan de compétences, s’en conclut que je vais faire une formation pour devenir WebDesigner et me faire suivre à la BGE (association qui aide à construire son entreprise, avec divers parcours et formations) pour la création de mon entreprise. Je fais les tests d’entrée à la formation de WebDesigner à l’AFPA.

En attendant, je ne veux pas rester sans rien faire, du coup, je fais une réunion à la BGE, pour rentrer dans leurs parcours, le 06/08, le jour de mon anniversaire. Ensuite, je rentre dans leur formation de « Créateur d’entreprise« . Je me sens dans mon élément. Tous ses projets, tous différents les uns des autres. C’est génial. Je sais que je veux créer mon entreprise, mais je ne sais pas quoi. Car je n’ai pas encore la formation de WebDesigner. Donc, je fais le début de cette formation, en pensant créer des carnets et des agendas personnalisés. J’aimais la papeterie, l’organisation et j’avais vu cette idée sur internet.

J’ai les résultats de mes tests pour la formation WebDesigner. Je suis acceptée, mais je décide de reculer l’entrée en janvier, car je me suis engagée dans la formation avec la BGE. Je crée mon compte Instagram « Authencouleur« , le nom je l’ai trouvé avec Meryam de Graph It Now, en Aout/ Septembre. Je continue la formation avec la BGE sur différentes antennes. Je rencontre plein de monde, des personnes juste de passage et qui se sont révélés passionnantes quand même et des personnes avec qui je suis encore en contact, dont Elise. J’adore cette formation, des modules qui sont pour moi assez facile à reprendre, comme la communication, etc. et d’autres, un poil plus compliqué, comme la comptabilité. Mais j’adore apprendre et rencontrer de nouvelles personnes.

Début décembre, ma conseillère BGE, Angèle, me parle de couveuse, un système qui permet de tester ton idée d’entreprise en réel, mais sous un statut spécifique, via l’association. Je passe une commission, pour valider ou non cette entrée en couveuse. Je me souviens, c’était assez intense. J’étais en formation la journée, ma conseillère m’appelle un mardi soir je crois et la commission se faisait le vendredi. Que quelques jours pour préparer ma présentation. Finalement, je suis acceptée en couveuse et je rentre, le 13 décembre 2018.

Quelques jours plus tard, je reçois un mail pour ma formation de WebDesigner, mais je ne peux pas rentrer, vu mon entrée en couveuse.

2019

1e semestre 2019

J’entame donc mes 6 mois de couveuse avec la BGE. J’ai des RDV réguliers avec une nouvelle conseillère, Anne-Sophie, qui m’aide à développer mon activité. Je vends donc des agendas et des carnets, puis je décide d’ajouter comme prestation, du graphisme. Créer des logos, carte de visite, flyers, etc. sur papier ensemencé. Je partais sur une dimension écologique. Pendant ces quelques mois j’ai appris beaucoup de choses aussi, j’ai suivi d’autres formations complémentaires. Je décide de créer mon entreprise le 01/07/2019.

2e semestre 2019

Je crée donc mon entreprise de graphisme et de papeterie. Fin juin / début juillet. Je suis une formation avec la BGE toujours, pour créer son site web avec WordPress. Et là, révélation, je me sens dans mon élément, les choses sont fluides pour moi. Je découvre des nouvelles fonctionnalités que je trouve géniales. Je découvre les Constructeurs de pages et surtout Divi ! Je trouve ça tellement génial. Pas besoin de savoir coder pour créer son site web et la logique de Lego me parait tellement simple pour moi. J’apprends super vite. Et j’adore aussi aider les personnes avec qui je fais cette formation, je suis un peu comme l’assistante du formateur. Et là je rencontre Alice de Alice Liloue Photographie et d’autres personnes. Je commence cette entreprise avec quelques commandes d’agenda et de carnet personnalisé et également avec des commandes de logos et papeterie ensemencé. Mes clientes sont des filles que j’ai rencontrées durant les formations BGE: Elisabeth de La Liberté de Créer, Elise de ColibriShop et Mélanie, de Pelle’Mel.

Je décide également de prendre un accompagnement individuel avec Leyla de Fruit de Ta Passion, durant le dernier trimestre, pour m’aider à faire décoller mon entreprise. Et, suite à ma formation WordPress de la BGE, je décide de prendre la formation WPChef, afin d’apprendre encore plus sur ce CMS (Content Manager System : Système de Gestion de Contenu), afin de proposer ces prestations à mes clients. J’aime le fait que les modules se débloquent au fur et à mesure et les devoirs à rendre. Sur les 3 devoirs, j’ai de super retours et de bonnes notes. Le dernier, qui représente un vrai site, en one page (c’est-à-dire toutes les informations contenues dans une seule page web,) j’ai eu les félicitations du jury. En plus, j’avais eu du mal à le faire, j’ai eu plusieurs couacs techniques et j’ai dû gérer mon fils qui était malade. Et pourtant j’ai réussi. J’étais fière de moi. Au niveau produits et services, je fais le ménage. J’arrête les carnets et les agendas personnalisés. Je passe beaucoup trop de temps dessus, donc niveau rentabilité, ce n’est pas vraiment ça. Je décide donc de proposer mes services comme logo et site web, ainsi que de l’accompagnement.

2020

1e semestre 2020

Je termine mon accompagnement, je pensais que mon CA allait décoller mais non. J’étais stressée car mes droits Pôle Emploi se terminaient. J’ai donc commencé à chercher du travail en parallèle. Puis le 1e confinement est arrivé. J’ai dû gérer l’école à la maison avec mon fils, puis également la sortie de mon site web. Cela faisait des mois que je travaillais dessus et je ne le sortais jamais. Perfectionnisme, tout ça, tout ça…. Je l’ai sorti. Puis gros tsunami niveau perso. Séparation avec le père de mon fils. Donc, j’ai mis un peu mon activité entre parenthèse. J’ai dû gérer les démarches, obtenu le RSA, gérer les cartons, dans un mood qui n’était pas vraiment au top.

2e semestre 2020

Je déménage 2 fois, je suis d’abord hébergé par ma sœur pendant 1 mois puis dans notre maison de campagne familiale, où je pose mes valises. Je décroche aussi quelques contrats, en début de semestre, je suis joie. Nouvelle organisation personnelle, mental en dent de scie. Mais finalement j’y arrive. Niveau pro, je gère juste mes clients. J’ai du mal à être partout à la fois. Vers octobre / novembre, grosse remise en question, qui durera quelques mois. J’ai mal cadré le travail avec un.e client.e, cette personne me prend toute mon énergie, je travaille à n’en plus finir, je reçois des demandes supplémentaires, je n’arrive pas à mettre de limite. Au final, j’ai bossé beaucoup plus que ce que j’avais estimé à la base, cette personne me prend de haut, j’ai du mal à refaire surface. Je prends du retard pour mes projets pour mes clients. Je ne me sens plus alignée avec ce que je fais. 2e confinement. J’investis dans un membership. Je réfléchis à un autre projet. Je n’ai plus envie de continuer les sites web après mes prestations en cours. Je n’ai plus de nouveaux clients. Certaines prestations prennent du temps. Mon travail avec le.la client.e me pompe toute mon énergie, je fais des crises de paniques. J’en peux plus. J’ai envie de tout arrêter. Mais je continue, difficilement, mais je continue. Je me tourne du coup vers mon nouveau projet. Et heureusement, dans mes projets clients, j’ai un client avec qui ça se passe super bien.

2021

1e semestre 2021

Nouvelle année, Toujours en restriction sanitaire 3e confinement. Je termine mes projets clients. J’envoie une newsletter pour dire que j’arrêtais pour le moment les sites web et que je me consacrais à d’autres projets pro. Mais je sens que l’envie de refaire des sites reviendra un jour, je ne me ferme pas la porte. Pour le moment j’avais envie de me consacrer à mon projet. Je suis la Trame de la Méthode enseignée dans le Koven, par Rémi et Julie de Kinoko. Mais à côté de ça, pleins de changement niveau perso, qui me demandent beaucoup et qui me sapent le moral au fur et à mesure et les finances ne sont pas au beau fixe. Je lance la première version de mon projet, mais juste à ce moment j’apprends quelque chose niveau perso qui m’a un peu plombée le moral (rien de grave en soi, mais impactant à plusieurs niveaux), je n’étais pas dans le mood, je n’ai rien vendu. Grosse remise en question (encore) est-ce que j’ai vraiment envie de sortir ce programme ?

Est-ce qu’il ne s’agit pas là de fuite, comme j’ai pu le faire plusieurs fois déjà avant ? Est-ce que j’ai envie de tout recommencer ? Je pense que ma cible n’était pas adaptée à ce projet. Oui, il y a des choses à revoir, mais est-ce que j’en ai vraiment envie ? Est-ce que j’y crois ? Non, je ne crois pas. Donc, encore une fois, je laisse ce projet de côté. Et là je décide de prendre un coaching business avec Meryam, oui oui, Meryam de Graph It Now que j’avais déjà vu plusieurs fois, qui m’avait soutenu à différents moments, que ce soit au niveau pro ou au niveau perso. Donc, voilà, je vais revoir mes bases de mon entreprise, revoir mes offres, revoir mes tarifs, ma cible, mon positionnement, ce que je veux et peut apporter à mes clients. Revoir l’organisation, avoir des coups de pieds aux fesses pour avancer. Avoir quelqu’un qui me suit pour me remettre le pied à l’étrier. J’ai besoin de quelqu’un en individuel. Et je ne peux pas le faire seule. Et là, mon objectif n’est pas de faire x euros de CA, ou d’exploser mon CA, mon objectif est de m’épanouir, de réussir à cadrer mon activité, aider les gens dont j’ai envie d’aider, dans ma zone de génie. Et de là découlera un CA qui me permettra de vivre, je le sais. Je ne veux pas avoir du CA pour avoir du CA. Je sais que j’ai pris la bonne décision.

Mes objectifs pour le prochain semestre

– nouvelle organisation qui respecte mon rythme et mon rythme de vie

– m’épanouir dans ce que je fais

– travailler avec des personnes qui me mettent en joie

Certes, mes objectifs ne sont pas SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste et Temporellement défini) mais pfiou, là je n’avais pas envie que ça me mette la pression. On va dire que c’est plus des directions à prendre, que des objectifs, ou des envies.

Donc, on verra d’ici décembre, ce que ça va donner, comment mon entreprise va évoluer.

Et vous, est-ce que vous faites aussi des bilans réguliers? Qu’est-ce que ça vous apporte? Dites-moi en commentaire.